Un Contre Tous rejoint l’incubateur

21/08/2017

startup un contre tous

UCT (pour Un Contre Tous) est l’une des dernières startups à avoir intégré l’incubateur cette saison. Ce projet de cours est devenu en quelques semaines un véritable projet de startup !
3 des membres de l’équipe (le 4ème étant en stage à Las Vegas) ont accepté de partager avec nous quelques infos sur leur projet.

Qu’est-ce que UCT ?

  • Gauthier

    UCT est à la base un projet de cours. Nous avons suivi un cours de nouveaux médias et jeux vidéo.

    Le sujet était d’imaginer un jeu en réalité virtuelle  avec un gameplay asymétrique (ndlr : les joueurs jouent ensemble mais n’ont pas la même vision du jeu).

    Notre prof a aimé notre idée et nous a recontacté par la suite.

    Un Contre Tous est un jeu en réseau. Un joueur muni d’un casque VR affronte plusieurs joueurs connectés à leurs ordinateurs.

    L’idée est de refaire un « combat de boss » comme on peut retrouver dans les RPGs (Role Playing Game – jeu de rôle en français). Des aventuriers viennent défier le boss mais l’originalité ici est que le boss est un joueur en VR.

Quel est votre parcours, vous êtes encore étudiants ?

  • Olivier

    Nous sommes étudiants à l’EFREI en M1. Moi je suis en Sécurité.

    Aurélie et Gauthier sont en Software et Engineering et Romain en IRV (Imagerie et Réalité Virtuelle).

En fait vous êtes très complémentaires (rires). Vous arrivez à gérer votre temps entre les cours et la création d’entreprise ?

  • Gauthier

    Pour l’instant ça va puisque l’on réalise notre stage de fin d’année dans le cadre de l’incubateur donc on n’a pas le poids des études qui pourrait nous poser souci. On verra à la rentrée surtout durant le 1er semestre de M2.

    C’est une chose que l’on devra améliorer [ndlr : l’organisation] le moment venu.

  • Olivier

    De plus, on se retrouve à avoir 9h de décalage avec notre ami à Las Vegas. Quand on part d’ici, lui se réveille… – rires

  • Aurélie

    Après pendant notre stage on va surtout faire du prototype et du Game Design ce sur quoi on aura moins besoin de se concentrer l’année prochaine donc je pense que ce sera plus facile. La suite, ce sera plus une phase de développement final et on pourra engager d’autres personne si besoin.

  • Gauthier

    Donc en ce moment nous gérons la partie conception où l’on doit monter des dossiers pour chercher des financements. Il y a beaucoup de choses auxquelles il faut réfléchir.

Aujourd'hui, vous en êtes vraiment au tout début du projet ? Quelle est la prochaine étape ?

  • Aurélie

     Et bien là on a déjà fait un 1er prototype pour étudier la faisabilité du projet et trouver de premiers financements.

  • Gauthier

    On a eu un rdv avec un studio de développement français, Blue Spirit grâce à William qui est notre professeur.

    On a travaillé un peu avec eux ce qui nous a permis de réaisé notre prototype en 2 semaines.

    Ils nous ont beaucoup aidé côté VR et on a vraiment abouti à un bon résultat même si c’est du Peer to Peer et non via un serveur dédié.

    On a le boss, on le voit bouger, on voit ses mains !

    Ça met des images sur le projet. Même pour nous c’était super sympa de voir que ça prenait forme. C’est sûr que quand on le présente ensuite ça donne une meilleure image. C’était quelque chose que l’on a fait très vite.

    L’objectif de notre stage c’est de faire toutes les démarches de dossiers que l’on a à faire. Pour les demandes de financement, il faut vraiment que l’on ait un projet solide et un prototype qui soit propre, une version entre la Alpha et la Bêta.

Quel soutien vous apporte l’incubateur ? Quelles sont vos attentes ?

  • Aurélie

    Au début si on a postulé à l’incubateur, c’était pour avoir un bureau. On a travaillé avec Blue Spirit qui nous ont proposé de nous aider à mettre en place le jeu.

    Ils pouvaient nous accueillir dans leurs locaux mais comme il y avait d’autres stagiaires, nous étions plusieurs personnes dans un même bureau, au niveau de l’espace, c’était un peu dur à gérer.

  • Gauthier

    Après principalement, si nous sommes  venus à l’incubateur c’est pour avoir la possibilité de travailler sur notre projet pendant la durée de notre stage. C’était vraiment ce qui nous motivait parce que c’était une grosse opportunité et concrètement on savait qu’il y avait beaucoup de travail à faire et gérer ce travail en plus d’un stage, on était conscient que ça ne serait pas possible.

    La facilité que l’on avait avec l’incubateur et le statut d’étudiant-entrepreneur nous permettait de travailler sur notre propre projet.

    Donc là du coup on a énormément de temps à mettre à profit, on consacre toutes nos journées au projet, c’est une superbe expérience  !

    On a vraiment 4 mois à temps complet consacrés à travailler sur le projet après on continuera en parallèle de nos études. On a  encore au moins 1 an à travailler dessus !

Le jeu vidéo c’est un peu entre guillemets « un projet d’école qui s’est concrétisé par hasard », non ?

  • Aurélie

    C’est vrai que c’est un peu par hasard mais quand on a vu l’offre, quand on a lu le mail nous annonçant « J’ai bien aimé votre projet, est–ce que ça vous dirait de le continuer pour de vrai et le commercialiser … »

  • Gauthier

    Aurélie et moi on a toujours voulu travailler dans le jeu vidéo.

    D’ailleurs on va passer un double diplôme au Québec (ndlr : pays à la pointe de la formation en jeu vidéo). Pour trouver un stage dans le domaine c’est assez compliqué donc on était parti sur l’idée de trouver un stage plus classique, là on a eu cette opportunité et tout de suite ça nous a fait rêver.

  • Olivier

    Moi je suis en Sécurité et j’essaie d’envisager si c’est une expérience qui pourrait me servir dans mon expérience plus tard. Je crains un peu que l’on me dise que je suis censé avoir travaillé dans la sécurité mais que plutôt que d’être allé dans une entreprise avec un Responsable Sécurité, je fais mon stage en entreprenariat à faire autre chose. J’ai peur que l’on reproche de ne pas avoir mes 4 mois d’expériences sur le terrain et je me suis demandé si ça pourrait me causer des soucis.

    Mais je me suis aussi dit que je recevais un mail me disant « je te propose quand même de réaliser quelque chose, de vivre un peu une aventure d’auto entrepreneur et de vivre le développement d’un jeu vidéo » !

    Je ne pense pas que je pourrai le refaire plus tard et que c’est plutôt une belle opportunité à prendre. Je pourrai toujours me former à la sécurité plus tard.